Sites


Créer un cercle d'apprentissage

Réussir l'inclusion

La création du sentiment d'appartenance

Réussir l'inclusion de tous par tous c'est créer un sentiment d'appartenance, associé à la reconnaissance et l'acceptation de son individualité en tant que personne, au sein du cercle d'apprentissage. C'est créer la confiance et le bien-être individuel qui mettront chacun en capacité à être pleinement acteur et bénéficiaire du dispositif.

L'inclusion commence dès les premiers contacts entre les personnes. La façon dont chacun.e se sent accueilli.e, le niveau de bienveillance, de reconnaissance qu'il ou elle perçoit dans la façon de communiquer, de proposer, de réagir aux premiers propos est crucial. L'inclusion est une mise en relation pleine d'empathie, dénuée de toute investigation ni interprétation.

Les méthodes pour réussir l'inclusion sont variées, mais passent par certains incontournables, surtout si les personnes participent pour la première fois à un cercle d'apprentissage. 

On peut observer deux situations d'inclusion : 

- L'inclusion de chacun au lancement d'un nouveau cercle, qui relève d'une inclusion collective

- L'inclusion d'une personne nouvelle qui intègre un cercle existant

 La rencontre

L'inclusion dans les groupes est une co-élaboration : la rencontre facilitée par l'ouverture du groupe et la posture d'ignorance de celui ou celle qui arrive. Le mode de fonctionnement de chaque groupe est différent dans la forme (méthodologie, temporalité, taille, ...) et similaire dans le fond, il est à la fois original et personnalisé au sens où à chaque fois c'est la personne qui est accueillie : "implicitement pour moi cela suffisait, d'emblée j'ai ressenti une bienveillance". 

 

Les enjeux de l'inclusion

 Méthodes d'inclusion avec l'élément humain

Le modèle de l'Elément Humain de Will SCHUTZ donne matière à de nombreux jeux d'inclusion ou jeux d'entrée en relation personnelles : comment te définis tu en tant qu'animal ? D'où vient ton prénom quelle est en est l'origine? Si tu présentes en super-héro qui es tu ? D'autres jeux sont aussi utilisablse pour établir un contact corporel : se diriger entre guide et aveugles ou bien se déplacer dans un espace en tenant chacun le bout d'une baguette en évitant de la faire tomber. Chaque groupe fait appel à l'imagination de ses membres pour imaginer des jeux incluant de façon ludique les autres membres. C'est une opportunité pour chaque membre de prendre une initiative visible pour le collectif et lui apportant quelque chose.

 

Le travail d'écoute et les exercices associés : 

L'inclusion consiste aussi à adopter et adapter les objectifs du groupe à ceux de celle ou celui qui entre, selon une démarche en intelligence collective : les éléments formulés et travaillés en amont sont repris sans être discutés et sont "bonifié" par le collectif qui le fait sien.

Elle n'est pas forcément tout de suite acceptée par celui ou celle qui rejoint le groupe, un temps d'accompagnement, d'acceptation peut-être nécessaire selon les modèles de fonctionnement auxquels sont habitués les personnes.

Le climat de bienveillance et de confiance des groupes est une condition préalable pour que cette démarche de bonification soit mise en oeuvre. Les exercices d'écoute permettent de favoriser cela : il s'agit d'apprendre à écouter un retour de l'autre sans y apporter de réponse immédiate et en ayant la liberté de retenir ou non ce qui est proposé par l'autre. Des consignes sur la formulation des retours sont données en amont : ils portent le contenu des propositions exposées dans une démarche constructive avec un apport de solution, sur des éléments de clarification et peuvent inclure des propositions d'évolution. 

 

Les divergences et l'inclusion : 

Des situations de divergence apparaissent dans les groupes, sur la façon de comprendre les messages derrières les ressources ou dans des situations de travail collaboratif productif. 

Carl Rogers (1966) propose alors d'adopter une posture d'écoute destinée à aller au delà du point de blocage éventuel. 

Il s'agit ainsi d'adopter une posture de non directivité et d'écoute dite empathique et non une posture de conseil ou d'orientation. Cela permet une liberté d'expression qui crée les conditions de la verbalisation authentique d'un ressenti sur une situation et d'éléments explicatifs qui permettent à chacun-e : celui / cellle qui parle et celui / celle qui écoute de cheminer ensemble vers une solution combinée ou un éclairage de la situation dans une démarche de co-construction. 

 

L'encouragement et la vision positive du travail du groupe et de chacun : 

Des ateliers sont réalisés dans les groupes comme des collages collaboratifs permettent de travailler sur le bilan et les perspectives des apprentissages individuels et collectifs. 

 

 

 

 

 

Point méthode :

Exemple

 Les jeux d'inclusion dans le groupe permettent de mémoriser les prénoms et évitent de se repérer par son grade et sa fonction.

 Points de vigilance :

L'inclusion pour être bien vécue doit être sincère. Si l'accueil est au coeur de la recnontre il s'agit moins de donner à manger des bonbons chimiques de l'industrie mais de montrer un signe d'attention aux autres en apportant quelque chose de soi : un gateau, des cerises de son jardin, les fruits ou découvertes d'un voyage. Il s'agit d'y mettre de sa personne et de donner à voir sa touche singulière.

Perspectives :

 L'inclusion de tous par tous est l'effort à consentir quand à l'arrivée d'un nouveau membre. Chaque arrivée est une fête et une opportunité que le voyageur dans le groupe apporte une trouvaille.

Références 

Rogers, C. R. (1966). Le développement de la personne. 

Schutz, W. (2006). L’Élément humain. Comprendre le lien entre estime de soi, confiance et.


 

 

 

Il y a une erreur de communication avec le serveur Booktype. Nous ne savons pas actuellement où est le problème.

Vous devriez rafraîchir la page.