Sites


JIR 2021

Textes Sous-titres Goma Uvira 

 

Bonjour nous sommes sur le live de 14 heures donc nous sommes avec Nyambele.

Nous avons un spécialiste du Climat qui va nous rejoindre juste après.

Entre deux nous avons des vidéos, une en tout cas pour l'instant.

Et nous avons la deuxième vidéo de nos spécialistes du terrain dont un est à GOMA l'autre à UVIRA.

On va commencer par vous montrer les vidéos qui correspondent à leur sujet.

On va commencer par celle de philippe qui est à nos collaborateurs.

Est-ce que tu peux partager les dia s'il te plaît qu'on puisse présenter bien nos invités ?

Je vais partager moi si tu veux je l'ai ici alors restes sur la vidéo, moi je vais partager.

Comme la l'a introduit Virginie ces films concernent des amis et collègues

de UVIRA qui parleront du climat et aussi dans de la catastrophe qui a frappé

tout récemment aussi la région de GOMA avec l'éruption du volcan

qui avait occasionné beaucoup de problémes et donc ques habitants se sont retrouvés

du jour au lendemain dans la situation des réfugiés

Et qui progressivement après l'accalmie du volcan progressivement reviennent

à leur lieu d'habitation, petit à petit famille par familles.

C'est notre ami philippe qui dans une vidéo est revenu sur les lieux pour essayer

de montrer comment les gens s'organisent pour revenir comme à l'état d'avant,

Comment intervenir dans la gestion de cette catastrophe ? Et aussi comment lui-même

et son organisation, pensent s'organiser pour venir en aide à ces familles.

C'est beaucoup de familles à félix aussi qui est dans la même thématique donc on va passer la vidéo de philippe donc il va expliquer un peu comment il a il a besoin q comment et pour nous témoigne du retour de comment les gens sont devenus se sont organisés pour nyon vd nous allons avoir mon chevet des entrées sur le live qui est un invité surprise qui est administrateur général de l'observatoire changement climatique donc voilà qui est au burkina faso que maintenant on va vous placer la vidéo de philippins qui est de nos collaborateurs qui va vous expliquer la situation de goma à bientôt

comme vous le voyez l'amour nous sommes monsieur philippe philippe capron les mains stati nous intervenons donc on les cadre du forum organisé par l'organisation générale somatiques ce qui est un consortium de beaucoup d'organisations dont notre organisation humanité frontiste est membre m et nous sommes ici pour parler la gestion des catastrophes qui a signé comme vous le voyez déjà là nous sommes dans une parcelle telles que limiter comme ça quelqu'un qui voudrait bien il ya seulement peut-être deux semaines ou trois semaines qui allie ellipses volcaniques et les gens les gens veulent déjà même déjà regroupées comme vous le voyez vous le voyez là-bas c'est des limites c'est des limites que les gens sont en train de se faire d'une façon il le prévoyait en ce sens qui appâtent qui a pas vraiment un organisme de gestion l'organisme de gestion et gestion de la catastrophe des catastrophes naturelles à ce qu'un autre essence y avait une organisation des questions organismes de gestion il devait y avoir logiquement ici un organisme qui devait venir en collaboration avec le service qui est chargée d'observer nous vole quand j ai tenté il ya quelques jours un éruption défaits logiquement venir organiser

avant avant d'occuper et si ça c'était après quelques échanges y aura de localisation et la population ça devait se faire aussi de suspecter la population ne doit pas occuper au jour d'aujourd'hui mais comme vous le voyez déjà les centres devenir pauvre sécher chez aoki pays donc ce que nous sommes en train de dire qu'en république démocratique du congo n'y a pas eu jusque là un organisme de gestion des catastrophes naturelles pour cela nous tenons nous tenons comme le président de la république qui est passé par ici il ya deux jours il dit a promis qu il y aura une agence de gestion des catastrophes et qui sera institué les remercions pour cette prise de position et nous tenons à ce que cela soit blement et bien planifiée et que ça puisse avoir existence dans les jours à venir commune à il a bien il a bien premier comme vous le voyez derrière nous la le volcan questions sur au niveau de la ce que vous voyez est derrière vous vous voyez déjà qu'il ya déjà une route il nous route déjà kia qui est déjà programmée et les gens sont là bas entre est dépassé et en crédits de se diriger chez eux pour passer nous donc nous vous nous disons est rien et d'organiser ici c'est ça ce que le cycle et toi logiquement suivre la gestion des catastrophes ici il n'y en a pas il y en a pas ce sens qu avant dès les années viennent nous qui paieraient logiquement veut ni le service suivre d'abord l'état l'état de décider a comme vous et tentez de le voir il ya encore la fille mais la fumée qui sort des quelques endroits lille nous nous faisons savoir ya deux jours successivement et même la nuit d'aujourd'hui ya eu une forte pluie qui s'est abattue sur la ville la ville des coups bas et que pour occuper des endroits des endroits qui sont comme ça c'était pas d'après deux jours mais directement du les thématiques mark dilley démarre directement occupent donc les gouvernements au fait plein de bonnes intentions y aura institutions les organismes et c'est la charge x6 et nous le disons c'est parce qu'ils nous avons aussi été dans le cadre le des réseaux d'un réseau organisé par toujours par génération matrix nous avons été à nourrir à nourrir a aussi il y aille parce que les réseaux dans lesquelles nous travaillons il faut que nous puissions les sony nex et les réseaux angèle et régénération ma clique ce qui est un consortium aussi des groupes beaucoup beaucoup d'organisations initiatique a aussi c'était l'année passée en 2020 yayi

l'accueil est là que la dynamique est là comme annika will i a dévasté beaucoup de parcelles des gens là-bas laquelle dévastation n'a jamais de solution jusqu'aujourd'hui en ce sens on ne pense même pas qu'on ne passe même pas ce point de vue gouvernement les gouvernements dépasse même pas intervenir pour s'égayer de deux problèmes liés à la vie des gens qui sont en souffrance et de ses côtés comme vous et tentez de les constater vous même c'est ce qui nous ne pouvons pas vraiment aller aller très loin il ya déjà des ja qui nous ont des gens qui fait qu'ils veulent déjà occupé et si nous sommes intervenus juste qui jusqu'à ces niveaux est passé notre intervention a cessé ce parce que nous avons voulu que le monde puisse réellement se rendre compte de ce qu'ils décident de ce qui s'est passé de ce qui s'est passé réellement est ce assez limité donc à ces niveaux ces nouveaux la mecque l'autre l'éruption qui en 2001 en 2010 et ça nous le disons tous est que vous voyez qu'on maison là et même ici les maisons qui ont été saccagés il n'existait pas en ce sens que le volcan avait pris la direction que nous pointons et jusqu'au lac après l'antenne ici des liens ou rue d'autres antennes 1 p - là bas c'est le mot goma est ici nous sommes au moins à un niveau élevé par rapport aux mots goma c'est pourquoi vous voyez ça vous voyez samba par rapport à là où nous nous trouvons ici nous tourner notre côté nous vous montrons le le vourc'h en question de coca en question de volcans quels sont les nyamulagira oui il ya quelque part aussi là où nous ne la sait ce n'est pas c'est au niveau des frontières avec le rwanda mais ici derrière il ya aussi nouveau gagné ragonneau donc comme vous ne le voyez pas bien il ya donc trois montagnes ici même trois volcans trois volcans qui cliquent esquissé suivre comme l'a dit que c'était de volkan yagmur aguilaniu raghida qui était un éruption il ya mon la guide qui a déversé à travers le le volcan nyaragongo salal pour que ça puisse détenir toute la partie que vous êtes entré de devoir ici c'est donc ça a un peu la réalité que les gens ont vécu ici nous étions en train de dire qui a pas qui a pas de gestion qui a pas de gestion en ce sens qui est tous se préparent tous se préparent et tous ses feux et douce effet suivre et tout se fait suivre parce qu'il ne s'est fait menacer fait au hasard en ce sens qu'il ya des étapes des étapes bien entendu de les étapes bien entendu de gestion de gestion des catastrophes a donc il ya le fait qu'il doit y avoir d'abord avant qu'il n'y ait même des catastrophes des mesures d'atténuation qui consiste à la réduction ou la limitation de l'impact négatif des aléas mieux des risques et des catastrophes et la prévention qui les couvrent toute action visant à réduire les risques ou atténuer les conséquences préjudiciables d'une catastrophe pour les personnes et pour les animaux l'environnement et les vieilles y compris le patrimoine culturel il ya le cycle des réparations qui est l'état des préparations la capacité des moyens humains matériels de sortir des communautés d organisation permettant d'assurer une réaction par rapport à ce qu'ils aillent et par réaction qui est aussi un des étapes du cycle de gestion c'est la fourniture des gens c'est l'assistance publique panda ou immédiatement après une catastrophe en fait de sauver des vies humaines et animales et réduire les impacts sur la santé des êtres détriment et par un redressement c'est la restauration c'est la restauration la mairie de l'amélioration l'installation des moyens de subsistance et des conditions de vie des communautés touchées par des catastrophes y compris les efforts visant à réduire les facteurs de risque ces quatre phases ces quatre phases sont utilisés comme cadre et pour planifier pour planifier organiser le processus et le politique et le procès dit intervenant dans la gestion d'une catastrophe y compris l'a2 la réduction des risques ces phases ne sont pas toujours distinctes mais sont invités ainsi que les contenus ainsi que le contenu en ce sens qui on doit savoir comme il ya ici c'est comme il ya ici là qu'est ce que nous devons faire mais ça n'a pas été ça n'a pas été le cas ici et comme vous le voyez les gens sont en train de s'organiser comme il ya déjà une route qui a été il ya déjà des gens qui le voient et déjà de venir occuper des mains après des messes selon les passes et les limites qui avait déjà dans les temps dans les temps dans les temps passés est ce que chacun connaît connaissons milliers chacun connaît là où ils habitent et facilement il ya des endroits où on se retrouve on s'y retrouve facilement il ya cette impression qui se retrouve facilement qu'ils le trouvent leurs parcelles ils sont en train de venir travailler et comme vous le voyez un peu loin là bas il ya une dame avec ses enfants qui ont aussi entre les deux donc si ça ne pouvait pas prendre deux jours trois quatre jours le président actuellement nous savons qu'il est qui les a bénis à béni où aussi il est parti se rendre compte de ce qu'il ya là bas par rapport au numérique et le monde connaît et tout ce qui s'y passe là bas et s'il était déjà à kinshasa nous aurions bien souhaité qu'il soit aussi que cette question cette question de l'institution de l'organisme chargé de gestion des catastrophes naturelles et ça devait être les déjà quelque chose de rapide pour que ça puisse pour qu'on puisse envoyer déjà ici qu'on puisse envoyer des gens ici pour gérer tout c'est qu'il ya est ce que vous êtes en train de voir si notre doigt ses limites à ces nouveaux de ses tracks tels que vous voyez là bas tu ya au moins autant de kilomètres pour qu'on arrive jusque là où il ya des collines de montagne la balle out est partout là bas ça s'est passé c'est parce qu'on n'a pas aussi assez de temps pour arriver par partout la balle partout la base il ya des pierres comme ça et avant de se solidifier c'était des laves des liquides donc en contact avec l'oxygène ça s'est refroidi et tout cela avec le contact et des obstacles qui est des maisons de mode et des clôtures construite par ci par là donc nous les remercions nous tenons à les remercier pour avoir pris pour avoir pris l'initiative de ce trou est un organisme un organisme de gestion gestion des catastrophes nous l'encourageons le débat près de mecha ivoire ancré à kinshasa qui sonne plus pas prendre beaucoup de temps que ça ne puisse pas prendre beaucoup de temps pour que les gens puissent était aussi gdc qu'est cet organisme sera chargé de quoi laisser suis baissier là on ne mérite pas assez facile et nous aussi en passant d'abord par nous mêmes qu'on est consommée aussi par le réseau angèle qui démocratique du congo particulièrement à l'est ici c'est me bats dans sa disposition dans sa disposition et c'est disposez donc à essayer un [ __ ] défaire des reportages que nous aurons dans les jours à venir aussi et nous remercions aussi angoissant le les gens de bonne volonté des organisations aussi des bonnes volontés qui sont intervenir parce que comme nous vous êtes en train de les voir ici partout ici il y avait des gens c'est des maisons des haïtiens gonflé c'est au moins à 5 à 5 mètres de l'hôtel six mètres même voire plus des new thought que je suis en train de me situer comme vous le voyez il ya des maisons des maisons ici qu'ont été engouffrés engouffré dedans on les lave comme vous le voyez la base ça c'est une flottille s'est il trop cheap ne sais pas mais on n'a pas de mains c'est pas commun vraiment nous mêmes et sur ces organisations ces organisations plein de gens de bonne volonté qui sont qui sont intervenus dans soit paix et nous les cip lions aussi emporté avec mon équipe et c'est exister par ci par là dans who is who is f dans le monde et d'essayer vraiment d'intérêt parce que les besoins étaient le monde grand de le mans gras qui comme nous sommes ici nous savons qu à sac et il y des gens mais qui sont presque tous ceux déjà rentré ici ici à goma nous avons quarante jours pour nous ce ver le derrière ces montagnes là bas la route c'est à ce niveau que la route passe valable jusque dans les montagnes là bas est derrière là bas c'est là que se trouve retrouve tous les cas et quand vous montez encore pris plus loin vous allez vers butembo et tout autre territoire qui s'y trouvent si vous voulez trouver là c'est à ce niveau par tous là bas il ya des gens qui sont parce qu'ils sont qui sont partis et le rwanda comme nous sommes en train de vous le montrer comme ça tout ça ici c'est que vous voyez là bas c'est qu'on appelle les colis ne devront pas vous et si partout là bas sont déjà déjà les bras nous supplions donc si ça nous le faisons avec insistance à toutes les organisations qui sont intervenus reçoit paix pour soulager le besoin aussi sur celles à deschamps de l'effet de les faire de les faire autant que possible voilà c'était la présentation en vidéo clip nous exigeons de la qualité où il ya bon c'est ça mais ce qui est important c'est que le paysage est vraiment magnifique il a balayé de façon de vraiment exhaustive l'application qui couvre actuellement sur place là bas voilà il a expliqué me comment les familles commencent à revenir à retourner à s'installer et cetera il a souligné le fait que le danger n'est pas totalement voilà partis c'est que le danger est permanent et l'absence on s'occupe encore et voilà l'appel qu'il a lancé au dernier moment ça c'est demain une graine appel à toutes les organisations les bonnes volontés surtout aussi un gouvernement n'est pas qu'on voulait donc le mas prend à bras le corps la situation des populations locales dans cette zone là puisque les gens reviennent avant même que la situation ne se calme pas ce que et voilà il n'avait plus d'autre ici une nuit où aller et c'est là qu'ils ont vécu toute leur vie et voilà ils n'ont pas eu en face d'autres alternatives donc ils sont obligés de revenir malgré les dangers qu'il soit toujours et apprend à la vraiment notre remerciements à philippe l'environnement et paix était vraiment fantastique degré table c'est quelque chose de malheureux mais bon ce qui est à souligner aussi c'est le courage et la résilience de la population des familles des enfants ce malgré la catastrophe les enfants qui sourit qui montre que valent ils sont toujours des dignes fils des enfants des humains dont copie dame minutes et qui ont une identité leur identité surtout et culturel environnemental est donc un as à faire quelque chose de vraiment vraiment

simplement ça

je me situe à la barre l'accès tu veux ajouter quelque chose oui bon on est bien les situations comme un arrêté en live quand dubaï bas j'étais j'ai eu mon de vos téléphones entre lummen le hcr est on sur le terrain c'était la grosse catastrophe c'est vrai que les gens sont revenus parce qu'ils n'ont pas le choix ya pas d aide il ya très peu des deux il ya de l'aide mais qui est vraiment au compte gouttes qui est quelquefois sélective et surtout la situation là bas elle est normalement il aurait dû sortir de la ville pendant quinze jours et ils sont revenus au bout de deux jours donc parce que ben sur la route ok peuvent prendre la route à pied a pas de camion il ya personne pour les évacuer mais sur la route chapados il n'y a pas de nourriture il n'y a pas de logements de fortune ya pas des dents en fait donc ce qui fait qu'au bout de deux jours ils sont tous rentrés à la maison dans des conditions qu'on connaît c'est à dire que la lave passe sous la ville la coulée de lave qui passe qui a refroidi mais en plus on a des coulées de lave sous la ville en fête donc à quelques mètres mais qui se déverse dans le lac le problème comme je disais déjà tout à l'heure dans la conférence précédente c'est que ce lac est rempli de poche de gaz et de et sans doute de pétrole et quand si par malheur la lave a commenté rune rentrer en contact avec les poches de gaz ou avec les pôles et les poches de pétrole ben là ça risque d'être une plus grande catastrophe qui n'est pas celle du volcan mais qui est celle consécutive au volcan actuellement ils sont revenus dans des zones d'habitation où la lave est refroidie à 50 cm à 1 m et ça c'est très dangereux mais surtout on sait qu'un volcan quand il est calme ça veut pas dire qu'il va pas se réveiller ce monsieur je dirais même quand un volcan est trop calme quelques fois c'est que ce qui va se passer quelque chose alors je il ya monsieur bd inquiet avec nous ni un bel et je pense peut-être qui vit les plus cotés climat est peut-être il peut aussi nous donner des informations par rapport à ça félix devez nous envoyer une vidéo mêlant super mauvaises connexions depuis ces dernières heures donc sur oubliera donc ils n'arrivent pas à nous envoyer sa vidéo malheureusement je vous parlais juste un petit peu de la situation du ou virak dont on a parlé précédemment aussi ouvira c'est une ville de 250000 habitants qui est entre une rivière très puissante qui descend de la montagne et le lac tanganika le lac tanganika régulièrement des borde la rivière au moment des puits au moment des pluies bat la rivière devient de plus en plus puissante elle doit passer par un pont qui est sous dimensionné ça fait ce qu'on appelle un effet karcher c'est à dire que la puissance de l'eau et des x je ne sais pas combien peut-être par 5 ou 10 et tout ce qui passe après la rivière tout ce qui sur le passage de la rivière bas est détruit c'est à dire les maisons alors soit les maisons sont inondées par le lac mais tout ce qui est sur le passage de la rivière qui descend de la montagne et détruit directement parce que ben l'eau peut-être aussi un puissant outil de destruction malheureusement et donc ça fait qu'aujourd'hui on a cinquante mille personnes ce qui sont sans abri qu'ils se débrouillent tant bien que mal qui n'ont pas dead parce que ce sont des réfugiés climatiques et que la notion de réfugié climatique est assez récente et n'est pas pris en charge réellement officiellement par les institutions classiques c'est le pays qui est responsable en fait quand il ya une catastrophe naturelle c'est le pil même qui est responsable de ces réfugiés climatiques et pour l'instant passé nous nous retrouvons face à goma qui est une catastrophe lié non pas au climat mais à la nature donc c'est ça fait partie des catastrophes climatiques enfin pour moi en tout cas peut être monsieur bébé pourra nous donner des précisions par rapport à ça et de l'autre côté et nous avons ouvrira où c'est l'eau qui monte et qui comment dire qu importe où sur sa route donc voilà donc ça c'est une chose et les deux normalement dépendre de l'aide gouvernementale directe mais toutes les deux sont des zones enclavées difficilement accessible goma pendant c'est une zone enclavée surtout pas que entre le volcan et la frontière du rwanda et le lac tanganika et ouvira c'est une région enclavée parce que la position de la région qui l'avait fait en sorte que ça les populations sur un peu plus en sécurité voilà c'était un choix de la population mais ce qui fait que c'est aussi difficilement accessible pour pour une aide de de grande envergure en fait ni un bel essai pas si tu qui allie question seulement la vérité vous avez vraiment bien résumé surtout internationaux la situation a commis là aussi il ya un autre aspect de ces problèmes liés au climat effectivement puisque ça c'est l'érosion côtière qui fait que les populations sont obligées de se déplacer de l'habitation sont un outil est peu à peu et par la montée des réseaux ça fait que bord aussi ils n'ont plus où aller en fait en réalité puisqu'ils n'ont pas dead ils n'ont pas de solution ils n'ont pas d'alternative est proposée en face donc c'est des gens qui n'ont même pas le moins de déplacement ni de nourriture etc ça va être difficile de faire déplacer toute cette masse sur une longue distance et qui fait que bon ils sont éparpillés dans la ville de villa mais

juste quelque chose à ajouter sur vire à je crois que tu es pas au courant c'est que le gouvernement nous a donné des terrains délocaliser les populations le problème c'est qu'on n'a pas un sou même pas pour entente non voulait trouver de l'argent pour faire des cabanes en bois démontable pour que les gens puissent construire reconstruire une ville sur des terrains en sécurité donc on a on a peut-être 200 hectares où je sais plus quelque chose comme ça malheureusement nous n'arrivons pas à lever des fonds internationaux à notre niveau parce que nous sommes une organisation assez récente que les organisations classiques demande de l'aide pour des camps d'urgence nous ne demandons pas de l'aide pour des camps d'urgence parce que pour nous c'est un piège pour ce genre de population nous demandons de l'aide pour que les gens aient un minimum vital de logements individuels mais qui ne soit pas gérer de façon collective comme dans un camp d'urgence qui leur permettent de déplacer leurs habitations en fonction de l'évolution du terrain en fait puisque nous on aimerait bien pouvoir les aider à reconstruire leur vie et non pas à être dans un système de ceux de gestion de leurs comment dire de l'alimentaire et de leur éviter physique nous ce qu'on veut c'est leur construire une vraie ville donc à ouvrir et on a des terrains ou fait donc ça c'est une chose on ne parle pas forcément puisqu'on a différentes équipes qu'on n'a pas forcément des tous les détails toutes les équipes n'ont pas forcément toutes les détails donc c'est pour ça je voulais préciser en fait à ouvrir et on a des terrains on a des terrains mais nous ces terrains sont pas dédiés à des camps d'urgence ce sont des terrains que l'on veut dédiée à la re construction communautaire d'une ville une ville réelle même si c'est pas en dur c'est-à-dire ce même si ses paupières si c'est simplement avec des cabanes en bois c'est déjà un énorme pas pour ces personnes qui aujourd'hui n'ont plus rien voilà donc je voulais juste ajouter sa part d'innovation la démarche elle est basée sur l'approché communautaire en discret le thème voilà font changer c'est à déplacer des populations de leur vie de leurs habitudes pour leur offrir une autre habitude et notre vie là il s'agit de devoir de les maintenir dans leur quotidien dans leur vécu dans leur vie dans leur culture mais tout en leur apportant l'aide qu'il faut pour pouvoir voir les organiser c'est ça la dimension innovative donc de cette démarche que vous mettez en place il essentiel le plus et le plus important est fait mais le plus important est il ya l'espace pour reloger les familles les déplacés mais il faut beaucoup de dettes surtout et internationaux pour que voilà on puisse mettre quand même en oeuvre et où le plein le projet et construire avec les populations il faut aussi il faut aussi que je précise que nous nous ne souhaitons pas mettre les gens sous perfusion c'est à dire que c'est pas une aide intensif qu'on peut faire c'est juste l'autonomisation on veut leur apprendre des métiers communautaire pour ce retour se relever tous ensemble et leur donner rapidement des outils pour qu'ils soient autonomes et justement qui ne dépendent pas d'une aide alimentaire régulière ils puissent rapidement rentrer dans la vie ordinaire voire planté et cetera parce que la région est riche l'ailé comment dire les terres coordonne ce sont des terres cultivables pour nous déjà aussi dans le modèle dans le modèle de ville ce qu'on veut faire c'est une ville autonome qu'ils soient autonomes au niveau alimentaire ne pas une ville avec juste des bâtiments une ville mélangé avec de l'agriculture avec deux avec desjardins que potager avec voilà vraiment une ville vivante et où les gens peuvent se nourrir et s'auto nourrir c'est à dire que nous notre objectif c'est on pousse les familles à dire ok vous voulez allez vous pouvez aller travailler collectivement pour gagner un salaire mais surtout pensez surtout avec c'est de vite pensé qu'à être autonome alimentairement famille par famille et si c'est pas possible gong tv groupe et vous faire famille y en a un qui fait du poulet il y en a qui fait des tomates il y en a un qui fait et puis ça fait une petite communauté qui devient autonome et qui arriva survie c'est ça mon voeu part dans un tweet allez je voudrais ajouter quelque chose allez-y allez-y

merci c'est concernant eu l'idée qu'on veuille devenir ces personnes âgées aux virages ont été déplacées à cause de la montée des eaux donc je préfère c'est une suggestion que je voudrais donner concernant ci ont veillé et d une communauté il faut demander qu la communauté aussi amène sa part donc qui ne vaut pas les transmettre toutes les maisons et c'est pas un job et une autre organisation qui va construire toute la maison mais qu'on demande que la communauté soit par exemple puisse donner si ce sont des maisons fabriqués dans les planches que les personnes ou bien la communauté amène des planches et puis le ngv prénom que c'est un job tu vas faire ça accepte de donner des tonnes pour les personnes qui ont déjà à aménager blanche rien qui ont fabriqué des briques que l'inde va amener le ciment pour les fans on sait juste pour les accompagner les encourager et comme ça ça serait une chose qui est très important pour le moment parce que tous les ong qui viennent pour était dans le pays africains il amène tout est comme ça que les personnes et la population devienne indépendant devient dépendant de ces aides donc il faut que dans la communauté les personnes de la communauté m amène sa part il donne donc il doit donner sa force est comme ça il va bien gardé que ce soit la maison que ce soit les infrastructures qu'on les donne ils vont les garder parce qu ils ont souffrir pour avoir ça si on les donne tout gratuitement pour ça il ne vous aura pas prendrait soin de ses infrastructures cette décision je voudrais donner ce que si on veut les données des maisons c'est bon les données des terrains pour construire c'est bon mais il faut que on les demande à s'impliquer dans cette activité qu'on veut faire si c'est contre les maisons il faut qu'on lui demande ok vous allez amélie sable vous allez amené devriez vous allez m'aider des planches de la mennais tout ça qu'il est comme ça nous comme organisation en voix vous appuyez en vous donnant layton en dedans dit ciment en donnant peut-être aussi le des ingénieurs oui voilà donc c'était ça que je voudrais donner constitution merci et une très bonne suggestion et ça fait un peu partie de l'idée qu'on avait peut-être pas si moi mais par contre ça me rappelle moi je suis architecte dplg de formation et j'ai travaillé longtemps sur des sites et un problème dans le nord de la france n'hésitez à problème c'est à dire c'est des gens en fait qu'ils n'avaient arrivé beaucoup de vraiment les cités de l'extrême où la plupart des gens dans ces cités ne payent pas leurs loyers depuis plusieurs générations donc ils sont tous au même endroit et puis les enfants et même les adultes détruisait leur et costis tu parce que tout était donnée même les enfants il avait le cinéma gratuites ou gratuits et c'était il ya vingt ans mais voilà c'est un phénomène qui est proche c'est-à-dire tout leur était donné il est extrêmement pauvre mais tout leur était donné et c'est vrai qu'ils saccagent et leur environnement et nous on avait fait un processus en fait avec l' agence dans laquelle je travaillais qui est l agence de gens et martin pas tous à l'époque et le processus s'était en fait de dire qu'il fallait impliquer les populations dans la rénovation des bâtiments c'est à dire que si c'était la population qui peignait elle même vous qui choisissez enfin qui étaient impliqués dans la commande ird ans dans le fait de mettre au propre une cage d'escalier par exemple eh ben ils en prenaient soin les gamins ils n'allaient plus il a les plus abîmées les choses oubliées commencé mais il se prenait je me dis rien montre ans par leurs parents parce que cette cage elle appartenait aux habitants sauf que c'est vrai que tout donner sans rien demander en échange un ca fait que les gens sont dépendants ils sont plus actifs ils ont des difficultés à repartir dans la vie normale classique je dirais est aussi bien il ya aussi ce côté destructeur où on ne prend pas soin ou voir ont détruit les choses qu'on vous a donné parce que ça n'a pas de valeur parce que eux-mêmes n'ont pas été impliqué dedans tu vois là et je pense qu'on peut en être comme je disais tout à l'heure un être humain c'est un être humain un être humain qu'on le retrouve en occident d'un si on met les mêmes configurations place sur comment dire un territoire africain ben on se retrouve avec les mêmes problématiques finalement absolument voilà donc donc trop aider les gens c'est déjà c'est pas les aider et comme on dirait en plus ça peut même avoir des effets complètement inverse de ce qu on pensait alors nous notre idée à nous c'est vraiment de les redonner s'impliquer donc ça veut dire que nous l'idée ni des clips pour l'instant plus pas forcément arrêté mais par rapport à ses petites maisons de bois en fait vraiment ces gens n'ont vraiment plus rien ils peuvent même plus acheter une planche de bois vraiment rien ils ont tout perdu donc l'idée c'était de dire ok on amène ses maisons on trouve des financements pour ses maisons mais ces maisons sont donnés en échange de prêts symbolique c'est à dire que si ces personnes arrivent par leurs activités à rembourser le prêt c'est super génial et ça leur ouvre l'opportunité de pouvoir avoir un prêt plus grand pour acheter pour construire une maison en dur les gens qui sont handicapés qui peuvent vraiment pas du tout rentrer là dedans eh ben ce prêt qui est symbolique s'il n'arrive pas à le rembourser dans ce cas là bas ils ont pas cette possibilité là mais on leur donne d'autres solutions et ça permet comme de donner une sorte de challenge communautaire de dire voilà ok c'est ma maison ne l'a pas donnée c'est moi qui l'ait gagné et je les rembourse t ma maison donc c'est ma maison une maison qui est donné bon on peut vouloir prendre une maison qu'on veut que vous avez gagné à la sueur de votre front ou pour laquelle vous avez participé à la création c'est votre maison c'est pas de restaurer la dignité les hackers le fait d'avoir je demande de se retrouver le même vis de l'extérieur c'est que si tu es à une autre maison mais que tu as pu contribuer à la dérive ça c'est ça qu'on appelle restaurer la dignité à la vue de ces personnes et c'est en quelque sorte est mobilisée s'est reconstruit leur fierté donc ça veut dire qu'ils deviennent fier d'eux dans sa 108e a confiance en eux et ceux qui mettaient la cohésion toute l'importance de cette approche qui est vraiment communautaire mais qui est innovant menacé c'est quelque chose de très innovant d'un banc dans la gestion des réfugiés dans le monde ce qu'on observe c'est bob rae mots que vous avez vous avez lâché un moment ça c'est dommage je vais louer le mouvement c'est que c'est tout voilà carrément sous supervision et voilà biaisée des aides et tout est remis tout aimer l'école voilà est un splatter dans les camps de réfugiés les centres de santé les médecins des psychologues etc alors que dans leur vie quotidienne dans leur vie normale je vais dire et il n'avait pas tout ça et n'avait même pas accès accès à un psychologue à un médecin expert espère maintenant à qui l'on a créé une certaine et une sorte de dépendance ce qu'on va trouver que c'est le privilège dont ces décès des opportunités qui nous ont qu'il nous est donné comme un espace consacré une certaine dépendance vis-à-vis voilà décès les services de saison et tout un show comme amener un bel essai que c'est quand même normal que les enfants aillent à l'école parce qu'avant il n'avait pas que ces voix là ça amènera des choses en plus mais le fait d'attendre compte qu'on vous donne à manger le fait de ne pas être autorisé à exercer un métier le fait de sa fait que tout cet élan qui va perdre qui peut permettre à quelqu'un de devenir autonomes va s'éteindre c'est une flamme en fait l'entrepreneuriat financer cette petite flamme de vouloir s'en sortir vouloir être entrepreneur de sa vie eh bien tous tout cet écosystème ben finances a éteint cette flamme alors que simplement si on dose un peu différemment qu'on soit équitable je parle pas d'égalité et d'équité besoin d'une personne handicapée c'est clair qu'on l'aide un peu plus qu'une personne qui n'est pas handicapé c'est normal ça s'appelle les clés galilée quitté parce que si on est également donne la même chose à la personne handicapée qu'à l'autre personne et là on a un problème et mais c'est vrai que il faut faire quelque chose surtout qu'on va avoir de plus en plus de réfugiés climatiques on va avoir de plus en plus comment dire de gens comme ça qui vont se retrouver sans plus rien en europe là j'ai vu encore récemment un caritas qui a fait 1 qui a parlé de la situation à genève et qui a parlé d'une chose dont j'avais parlé au mois de juin de l'année dernière et personne n'a cru où j'ai dit mais écoutez à genève ya beaucoup de gens fragiles avec le corona virus là le coût de l'alimentation a augmenté il ya beaucoup de gens qui vont être précarisés et y en a beaucoup qui vont se retrouver sans abri et ben là maintenant à genève maintenant dans les parcs de genève commence à s'installer des sans abri qui était avant des habitants de genève voilà et juste pour dire que ça touche tout le monde dans le monde c'est vraiment quelque chose qui touche tout le monde et qu'il faut faire quelque chose et avoir et en même temps garder la dignité des gens parce que si les gens n'ont plus dignité ils ont plus de rêve ils ont plus de futur et non pas d'âge

ouvrez le micro le micro est fermé mais je vais de votre micro

oh on a peut-être m'aider vous je commencerai ma m'a présenté le matin j'étais je participais mais dont le sujet tant de changements climatiques avec les déplacés climatiques et est un sujet délicat aujourd'hui tard monde entier et puis comme vous parlez de viger climatique qui est de comment les aider à se relever ça se rejoint dans son appel à résiliente climatique c'est à dire apprendre aux gens à s'adapter à des phénomènes et attestations naturel surtout que c'était le deuxième de plus en plus attirés par exemple les serbes je me rate depuis le lac depuis la rivière jusqu'à au sud armangue il ya des places est causée par la montée de leur état médical

plus de 4000 personnes et qu'ils sont c'est en habit par la montée des eaux de la rivière ont saisi baresi et russie je demande à tel point que tout le look at you back à jag a donc toute la commune aux fêtes soient déplacés ça dépasse l'entendement fait alors s'ils ont pensé à les aider à se relever donner gratuitement ce se serrer la promotion de la dépendance putois il faut à pratiquer la résilience et climatiques autrement dit celle qui a fait ses preuves se produit il faut que les gens s'adaptent

on escompte indépendamment des autres c'est ce alors d'abord il faut l'implication des dirigeants les picasso de la communauté locale implication des zones domaine et puis surtout surtout l'information des 10 à pita locale pourquoi parce que ce sont eux qui soufflait beaucoup plus d'avantagés plus que la religion ce sont eux aussi qui qui ce qui le matin surtout sans abri qui en train de cette activité se trouvait sont sans logement qui en dormant se trouvait déjà emporté par les eaux qui d'une façon générale tous les biens sont déportés par les eaux et voilà ce sont ces gens qui nécessite qu'ils ont besoin froma delà de l'information d'abord pour les aider à la culture à la culture du risque donc c'est vrai que l'environnement c'est l'heureux c'est l'heureux sur le patrimoine d'abord même si ils sont importés quelquefois non dumora nature france il doit se ranger quelques fois ce sont ces gens qui ont dépassé les limites construisent à au bord du lac construisent dans les murs de la maison au bord de la vie dans les zones et emploi c'est vrai il ya des vérités à des lois réglementaires à l'illiade et des normes que nous sommes pas été inspectés de certaines gens ont bien de la politique environnementale dans certains pays mais franchement pour autant de passes à ça il faut que ces gens sachent d'abord obéit à l'environnement et puis savoir si un phénomène arrive il faut savoir s'adapter et comme à jouer des jouets dans des jouets bien sûr il arrive qu il arrive qu'elle a alors qu'à se passe en pleine éruption volcanique c'est c'est difficile à éviter mais allez construit sur le bord du lac ou bien sur le bord de deux lasers c'est vraiment un problème au niveau de l'environnement au niveau de la de la communauté les enfants qui vont être vos les travaux vont être dans cette zone et devant pensez que c'est lui le risque absolument comme pas de changement quand il parlait de déplacés climatiques c'est ce et c'est trop complexe cette rencontre et c'est pourquoi parce que le climat le changement climatique comme est conscient qu'on a comme conséquence de la sécheresse ça c'est au nord chez norbourg ont dû cesser par exemple à l'autre du pays à qui on donne moyenga cas ou si on a des sécheresses et qui de toute la région nord il ya le raisin blanc 2010 l'hôpital et qu'amélie était un point d'être totalement en 2004 nous avons plus depuis 200 ans qu'est-ce que sans un personnel simplement trouvèrent la mort le 2 mai les 18 oui en 2018 on avait perdu ce n'est qu'à quatre personnes à cause des inondations en 2000 20 en 2020 il y a jane années n'a prédit de personnes il ya chaque poil l'imputation de des voies de communication la route à vous je me barre mangue et fonctionne de taser admet maintenant aujourd'hui il ya deux semaines moi je n'ai plus il ya la route avec bravo banza qui se sont vraiment écoutés par les inondations paraît la madame l'espère la mauvaise exploitation des gens dans de terre votre mandat c'est un set unique et sur le mac et qui est devenue une problématique et monétaire au niveau international crima au burundi alors chez moi pour qu'est ce que je peux dire par là il faut apprendre aux gens de respecter d'abord l'amendement faire des conférences des dvd des formations multiplier des conférences viennent des commandes est déjà implanté deux clubs aux écoles font d'elle et je ne souhaiterais qu'il y ait est la culture de respect de l'environnement de crédit ne sais pas ce que les précipitations intenses que qui se produisent ici chez nous dans nos grandes dans les pieds de technolac oui ça ça a de multiples causes là on ne peut pas éviter mais quand même bien fait mais quand même il faut protéger là haut on est donc la zone dont l'habitation faut protéger savent pas comment se frotter matters est vrai combat pour protéger mon seul sait ce que suite et voilà finalement là on développe résilience des méta permettant l'adaptation a ses effets à ses effets et puis et puis avant avant d'arriver à cette adaptation bienvenus suite à cette résilience il faut aussi penser à l'atténuation à la fina doit donc changement de comportement j'animais de comportement comment vivre avec l'environnement comme marvel avec des syndicats parce que c'est un bide et en 1869 c'était la première il avait la conférence entre 4 et paix qu'elle partage et c'était le combat 2d du ccc rwanda c'est cela malawi alors on avait fait une réalité lemattre très très spécial mais personne n'a obéi cela alors qu'on avait en afrique de l'est depuis les mobiles à 50 mètres de zones tampons aujourd'hui aller voir même m ils se trouvent pas et voilà en décembre 1988 le zoo au monte aussi en 2000 et réseaux remonter mais avec moins de dégâts mais cette fois ci c'est catastrophique c'est catastrophique d'une part il y à une heureuse que deux des textes réglementaires d'autre part eyal à la culture du respect de l'environnement que nous avons surtout d'aller payer noir si je me sens vraiment c'est vraiment oui et scrabble aller voir le lac lac kivu la quête en amical la quête du nord du burundi sont prêtes à des plastiques tous les déchets de de la vraie daube nombre à se jeter dans le lac tanganyika c'est cela et voilà finalement il faut apprendre les jeunes pour la science il faut apprendre aux gens de la culture du respect de l'environnement et sspt l'environnement c'est se protéger c'était absolument merci vraiment merci beaucoup pour cette intervention vraiment le truc avec de très grande qualité ça nous montre effectivement toute l'importance b de s'occuper de son environnement prend soin de son écosystème et d'éviter d'agresser vraiment l'environnement puisque à force d'agresser l'environnement donc un beau jouet est là et il encaisse il leur reste un bon jour ils entourent et lorsque l'environnement ça c'est pas bon pour les humains qui sont dans les entourages ça franchement ça vient ça interpelle tout le monde tout le monde y compris les pays industrialisés les pays développés puisque nous a la frite ici malgré qu'on a pas beaucoup de développement industriel mais on est frappé de plein fouet des éphèbes de l'agression de l'environnement de système mondial de façon merci beaucoup pour cette intervention mais gêné si vous voulez ajouter oui je voulais juste a ajouté que pas par l'environnement donc nous on en train de danser d'un programme angel ce pour l'agriculture et pour l'environnement au bénin et au sénégal où on va c'est justement d'essayer de trouver des façons de faire pour que l'agriculteur n'abîme pas son terrain qui le valorise et que peut-être qu'il aurait génère parce qu'il ya des façons de faire un simplement c'est clair qu'on sort des circuits traditionnels des circuits industriel mais chaque agriculteur chacun dans son coin s'il est lui-même respectueux de sa terre qui n'est pas justement eux comment dire acculé à payer des dettes parce que nous notre réseau si c'est de dire ok un agriculteur déjà un il doit faire attention à sa terre mais aussi à ces graines mais si d'un seul coup il est dans la famine il va manger ces graines s'il a plus de grain il va rentrer dans un système industriel qui va lui demander de prendre des graines ils vont fonctionner avec des intrants qui vont allumer le sol donc pour moi c'est super important c'est d'aider les agriculteurs en cas de famine c'est à dire lui donner ce petit coup de pouce un petit peu je parlais tout à l'heure de genève ou si on avait donné ce petit coup de pouce à pour tout ces gens qui n'arrivait plus à payer leur facture alimentaire il se serait il serait peut-être pas maintenant dans les parcs comme sdf solo juste un petit coup de pouce un petit budget de juste dépannage pour que les agriculteurs fasse attention à leurs graines qui ne mangent pas leurs graines qu'ils puissent aussi peut-être les stocker dans de bonnes conditions sur les graines ya aussi le problème avec l'humidité la sécheresse etc les animaux ou les graines disparaissent aussi mois la richesse de l'agriculteur cesser grèves et si des graines sont en danger de par la pauvreté de l'agriculteur ou deux par l'écosystème alors il n'y a pas de futur parce que sans grain n'y a pas de culture et sans culture il n'ya pas d'élevage et tout c'est tout un enchaînement qui fait que ce qu'on ne se rend pas compte aujourd'hui c'est que c'est un petit peu comme les abeilles qui disparaissent en europe et aux états unis et qui ont dix pas on dit que certaines parties de chine les abeilles sans abeilles a pas de pollinisation sans pollinisation les graines bas qui ont germé vont pas pouvoir aller essaimer ailleurs et est tout seul tout ce système là c'est un écosystème et s'il ya une rupture de cet écosystème à une partie ou une autre partie de la chaîne et ben ya tout qui va s'effondrer alors peut-être pas sur une période de dix ans peut-être sur 50 ou 100 ans mais dans cent ans après ce sera trop tard aujourd'hui il est encore temps de faire attention à ce qu'on plante à comment plantes comment on fait pour planter sans abîmer son environnement voire peut-être renouveler son environnement avec les plantations vingt ans qu'il ya des grands en europe on a voulu faire des desgrandchamps on enlevait tout les et cetera pour pouvoir faire machine passer des grosses machines le problème des grosses machines aujourd'hui on y revient c'est que c'est toute la nature qui allait se cacher dans les ai tous les animaux tous les insectes tout l'écosystème qui a disparu dans certains champs simplement parce que on a voulu faire de l'industriel de la masse à pour faire passer les grosses machines pour aller plus vite pour avoir plus de rendement mais la question à se poser c'est quoi l'enjeu c'est de faire plus de rendement pour finalement donner des graines à des gens qui vont faire des bénéfices et où l'agriculteur bien toucher finalement sur ce bénéfice final ou est-ce que l'important c'est de mentir maintenir un écosystème positif qui va permettre aux gens de monter dans la richesse et de pouvoir créer de la richesse autour de moi je pensais ça le un des fondements fait du problème parce que pourquoi est-ce que d'un seul coup un agriculteur que se met à implanter tel ou tel grain bain souvent c'est parce que il n'y a pas de choix s'ils avaient le choix je pense qu'il préfère répéter ces graines traditionnelles et aussi une chose à mettre en place sur l'afrique ce sont des agroscope ce comme on a fait en europe en europe on a des agroscope qui améliore aussi la qualité de rendement des graines en abyme et l'écosystème et c'est aussi important de créer des organismes qui s'occupent en fait d'améliorer les graines comme nous il ya au moyen-age on avait différentes sortes de blé on avait des centaines de sortes de blé aujourd'hui on en a plus beaucoup mais ce sont des centres d essence ont été croisés azé recroiser naturellement et qui ont créé des nouvelles variétés qui sont soit plus résistantes à certains insectes qui sont arrivés en milieu soit par rapport à la sécheresse on parle de sécheresse je me souviens il ya 20 ans 30 ans parlait de transgéniques avec les gred mais c'était l'idée au départ c'était pas de faire du commerce ou autre c'était de faire pousser des plantes dans des écosystèmes négatif c'est-à-dire de faire en gros tu faire pousser des tournesols sur la banquise c'était ça le transgène isme départ aujourd'hui c'est devenu un système commercial fermé où les gens finissent par être enfermé et ne plus pouvoir s'en sortir et ça ça s'est passé parce qu'on ce qu'il faudrait faire par contre créé d agréer au scope qui s'intéressent à la santé de la terre qui s'intéressent à la multiplication des graines etc ça ça du temps ci surtout qu'il ya jeu j'imagine des centaines de variétés en afrique on peut améliorer des variétés ont parlé de résilience climatique ça peut faire partie de cette résidence climatique des variétés révolue par elle-même au long des siècles mais là le problème c'est que le changement climatique il est rapide donc les variétés ne vont pas avoir le temps de se changer comme elles l'ont fait pendant des millénaires donc c'est à nous à les aider à aller plus vite en essayant de trouver des croisements qui sont plus intéressants et qui seront adaptés plus facilement des des terrains où il ya la sécheresse en commandite moi j'habite dans une région de montagne et comment dire j'avais vu comment dire non enfin comment ils disent que ça on ne peut pas faire penser pousser n'importe quel arbre ici parce que j'habite à 1000 mètres d'altitude par exemple les arbres fruitiers ne pousse pas parce que les variétés classiques dans ce métier ne résiste pas chez nous alors que dans le temps il y en avait mais ces variétés ont disparu donc il faut aussi aller chercher dans le passé il faut voir s'il ya des choses qui ont été sauvegardés puis faire des croisements et essayer de faire en sorte que de créer des variétés par exemple qui se s'adaptent au changement sans abîmer les soldes c'est surtout ça qu'il faut qu'il faut garder en tête parce que c'est vrai que sur par l'agriculture agriculture au brésil on rase une partie de la forêt on exploite pendant 10 ans puis après le sol et les marques pour toujours et ça ça arrive quelques dans certaines régions d'afrique et c'est vrai que plus le sol les fragiles et plus il faut en prendre soin et si le sol avant c'était de la forêt bah si c'est clair que ça va pas devenir un sol riche et fertile pour des millénaires ça veut dire qu'il faut progressivement travailler la terre auquel reste fertile et qu'elle s'appauvrissent pas comme ce qui se passe maintenant dans une région du monde si juste et opportun que vous parlez de de garder et les semences dans leur état naturel pour les invités b c'est à des transformations indices chimiques industriels extrêmement important de garder les sols en leur état naturel mais tout en les exploitant c'est à dire il est simplement ne pas les abîmer pas de produits chimiques etc ça c est le message extrêmement extrêmement fort que nous devons et qui retient notre attention surtout nourri c'est en afrique subsaharienne où voilà où nous confronter dans des tournantes et au beau milieu de plusieurs choses à la fois il ya des changements climatiques il ya ces experts demain néfastes sur les populations les cultures et les ter il ya des crises sécuritaires qui s'ajoute qui font que très souvent même le pdc ans c'est à dire est qu'on avait déballé greniers etc or au buzzer pour les espoirs et finalement la électrise ont fait que déjà on tourne tout brûler tout est parti en fumée comme il est présent au village non plus de semences et naturels n'ont brillé dans les greniers il ne donne plus de deux décennies il ya plus rien maintenant ils sont obligés de tours est constitué à nouveau maintenant à la constitution qui va peut-être les amener à utiliser des graines déjà traités chimiquement experts experts dans l'aigreur naturel des genres et être là tout est déjà partis en fumée revers la crise donc c'est extrêmement important d'avoir souligné cette partie merci beaucoup en tout cas à tous les intervenants andré voulait dire une petite dernière j'avais vu quelqu'un venait même moment ses nombreux bars où il ya les racines et les autres ce que vous avez fait des changements mexique à tout ça je vous informe que nous découvrons les efforts

je crois que on vous entend plus vous avez coupé le micro et maintenant ça va maintenant ça va c'est assez clair ok merci beaucoup je tiendrai de tout le monde

l'apathie oui et à paris sont encore coupées je crois que vous avez 2 apparaît ce qui fait qu'il ya de belles différences et que le son il ya un peu d'annulations

je pense que on est tout proche avec bud n'y avait pas d'autre raison pour laquelle ya interférence entre eux donc j'étais en train de parler que on a vu depuis vendredi on a fait des activités pour appuyer les sinistrés des réfugiés climatiques qui haranguait où on avait donné quelque chose dans lequel sous le nom de appartenait avec eux régis nation matrix on appelait allez voir que personne c'est plus de 120 familles qui a été un besoin d'avoir quelque chose à manger pour aider à fouiller tout ça on avait aussi donné 10 ciment pour qu'ils puissent pour construire leur maison parce qu'ils ont abandonné des anciens maisons qu'elle convient virgin éradique à ovi dans les ateliers des terrains ici aussi au burundi on les a donnés des terrains et on les a demandé qu eux ils vont construire des nouveaux des nouveaux maison avec des briques non on avait les proposer des soutenir en les donnant 10 six mois pour reconstruire mais et la population de ces réfugiés climatiques vont faire donc votre bonheur des prix qui vont amener au stylo sable va mener le sable est terminée dans le sable et les prix et nous qu'est ce qu'on va les appuis on voit les appuis relais de lundi ciment à l'aide au nahd et toi tu sais ce que nous avons déjà commencé à faire donc c'est juste pour cayla l'implication plus demander leur implication dans tous ces travaux là qu'on va faire qu'on va mener et qu'on nous fasse ensemble parce que si on fait des choses comme il est tellement sans demander la iie bien l'implication de la communauté ça ne va pas durer ça ne va pas durer raison pour laquelle on avait commencé à faire ça donc c'est quelque chose que je voudrais vous partager aujourd'hui dans l'ue on dit on a fait cela et on envisage de faire encore cela donc pour qu'on puisse arriver parce que bientôt ils vont terminer à avoir des langages ils ont rejoint des tonnes d'encre l'état d'un dissident donc bientôt ils vont nous avons besoin d'éditeurs donc on va encore faire un petit fond de résine c'est par des amis pour qu'on puisse trouver des toiles pour ces personnes qui se sont engagés eux mêmes qu'ils ont dit ok on ne peut plus mais avec une somme des sinistrés malgré qu'elle nous avons subi ces catastrophes naturels causés par là les eaux de la montée directe en amical ne pouvons pas croiser les bras donc on à présent que cet exemple puis c'est très utile aussi pour seydou villa qu'il ne faut pas que la population reste épaules si ici on s'en vient il ne pourrait rien faire donc il faut les encourager à travailler il faut les encourager à s'impliquer dans tout ce qu'on veut faire pour eux mais l'egypte lui mettre la main et où aussi qu'ils puissent donner la vie donc merci coup de tisonnier autre étude à et merci beaucoup on n'en sait pour la qualité de la contribution ça vraiment c'est une expérience qu'on peut partager nos pratiques je crois que à ce stade on aurait fait le tour d'horizon sur ce sujet les réfugiés les aides et aussi voilà les innovations surtout la presse qui est communautaire ça et je tiens à le souligner encore une fois c'est quelque chose de très important qui va falloir explorer encore mais qui va falloir soutenir et donc j'en appelle à toutes les bonnes volontés à toutes les balles à tous les contributeurs au niveau au niveau local mais surtout au niveau international voilà voici les expériences voici des projets voici des idées qui méritent d'être soutenus qui n'attendent que du soutien de vos soutiens puisque voilà les porteurs n'ont pas à eux seuls la possibilité de réaliser ses rêves de milliers et de milliers de familles qui sont en détresse donc je vous appelle en vend la demande de votre votre soutien votre bienveillance à faire en sorte que ce projet soir une réalité et que les espoirs puis c'est très gênant que les éditeurs puissent être puisse être élaborée et que voilà les familles retrouvent leur quiétude l'instabilité 20 ans madame virginie ap c'était en quelque sorte les quelques mots de conclusion que j'avais personnellement - puisque on aborde des parements de la situation dans le sujet si vous avez une dernière chose avant qu'on puisse passer aux invités suivants oui là je voulais juste préciser que comme on dira que papy donc ancré et karoubi dans notre réseau en jesse et s'était proposé pour développer le réseau sur son pays est donc bien ça fait partie toutes ces idées qu'eux je mets en avant fait par son parti en fait de l'écosystème régénération matrix et des choses qu'on essaie de mettre en place qu'on a pensé depuis depuis quelques années tous ensemble ayant bel et donc ça fait six ans qu'on travaille ensemble voilà avec papy ça fait combien nous ne s'est pas fin ça fait aussi un petit bout de temps aussi un peu moi je pense mais un petit bout de temps et puis et puis maintenant on est on passe à la phase opérationnelle on a fait beaucoup d'études beaucoup de projets et maintenant on est face on a des populations dont on se sent responsable et maintenant il faut lever des fonds tout en sachant que nous ne voulons surtout pas comme je disais le maître ses fonds sous un régime de perfusion mais sous un régime simplement de dead d'entre aide est comment dire de soutien à des gens pour afin de leur permettre de sortir de la pauvreté et de rapidement redevenir autonome et de reprendre leur vie ordinaire et qui va leur permettre à près de comment dire déjà de retrouver leur dignité en tant que personne et de se reconstruire d'avoir un avenir et comme je disais tout à l'heure les rêves et et puis aller de l'avant et puis créer de la richesse pour leur pays est-ce que c'est tout ce qu'on leur souhaite de madness est de créer de la richesse pour leur pays c'est ça merci beaucoup merci à tous merci aux invités et nous remercions aussi philippe pour la vidéo qui a permis qui a servi de base de cette discussion ou disons vraiment à la prochaine je sais que on aura d'autres séances très bientôt il va aller en profondeur encore surtout sur les projets spécifiques en junkie qui s'implantent est un peu partout dans cette zone au combo mais aussi un peu partout en afrique voilà année plus d'un en détail dans la mise en place la mise la réalisation de ce projet voilà nous vous invitons toujours à nous suivre selon nos différents réseaux sociaux facebook twitter 1 100 g liqing youtube etc voilà merci beaucoup et merci à tous et à tout à l'heure mais je vous salue merci

je

et

Il y a une erreur de communication avec le serveur Booktype. Nous ne savons pas actuellement où est le problème.

Vous devriez rafraîchir la page.