Sites


LibreGraphicsMag 2.2

En cochant l'autre case

par Antonio Roberts

Le monde numérique est une occasion pour nous de transcender les frontières et les limites du monde physique. Dans le monde physique, nous essayons de comprendre nos expériences au jour le jour avec des catégories faciles à définir. Nos vies sont délimitées par des exercices résumés à des cases à cocher détaillant notre âge, race, sexe, profession et même de temps en temps notre bien-être. Nous sommes liés à notre situation à travers des documents et des processus juridiques qui limitent nos mouvements. Tout ce qui nous rend unique et humain est réduite à des descriptions de forme impersonnelle et fade visant à nous mettre plus facilement dans un groupe et à plus facilement nous définir.

Dans le monde numérique, cependant, nous pouvons choisir de ne pas participer à cet exercice et ne pas cocher les cases. Selon notre propre volonté, nous pouvons nous transformer d'une personne humaine et tangible en quelque chose d'autre, au-delà de toute définition. Nous pouvons surmonter les limites et nous connecter avec les autres à travers le monde simultanément et sans crainte de représailles. Nous pouvons être partout à la fois ou d'occuper un espace imaginaire. Nous pouvons choisir d'être ni homme ni femme, ni noir ni blanc, ni même vieux ou jeune. Nous pouvons nous redéfinir et de cocher l'«autre» case si l'on veut.

Le monde numérique est infini, ses habitants sans visage. Les frontières telles que le lieu, le temps, la vitesse et la langue se décomposent pour créer un monde où l'art -- musique, la danse, les mots -- et n'importe quoi d'imaginable peut exister dans une harmonie chaotique. Seulement nos connaissances et notre imagination limitent alors nos expériences.

Ou alors je l'espérais.

Comme l'internet devient de plus en plus ancrée dans nos activités quotidiennes, plus de pouvoirs, gouvernements, employeurs tentent de restreindre nos mouvements dans le monde numérique et d'enlever le masque anonyme, ce qui rend nos expériences numériques plus étroitement liés à nos expériences physiques.



Le monde numérique devient moins qu'une aire de jeux pour nos idées à l'état sauvage, avec les mêmes limites rigides que nous connaissons dans nos vies physiques, nous contraignant à nouveau sans notre consentement.

Ces restrictions sont imposées sur l'art. Avec le monde numérique aurait dû survenir la fin de la localisation de l'art. Beaucoup d'artistes et d'institutions pratiquent déjà cela et permettent à ceux qui ne sont pas physiquement présents pou faire l'expérience de leurs œuvres puissent paser par des enregistrements partagés sur les sites de vidéo, ainsi rendre que l'accès plus facile et plus immédiat à la documentation. Les résultats de ce partage ​​peut signifier plus de chances de contact avec un public plus vaste, ouvrant peut-être la voie à des collaborations et des conversations impossibles dans le monde physique.

Alors, pourquoi choisissons-nous encore à restreindre l'accès à l'art en fonction du lieu ? Quels sont les gains réels à refuser l'accès à une vidéo sur YouTube ou un livre électronique sur Amazon en raison de l'emplacement de l' utilisateur? Comment refuser l'accès à la vaste banque de connaissances de Wikipedia peut enrichir la vie d'une personne et les emplir de connaissance ?

Ces limites du monde physique se manifestent également quand il s'agit de comportements abusifs. D'innombrables conflits, querelles, désaccords se produisent quotidiennement sur ​​notre apparence physique. Pourquoi, alors que l'art publié en ligne a le potentiel d' être complètement anonyme, en restons en à ridiculiser encore un artiste en fonction de ses qualités humaines, physiques tels que le sexe, la race ou l'âge ? Pourquoi, dans les situations où l'artiste a fait l' effort conscient de refuser son identité physique, nous efforçons  nous de découvrir cet état au lieu de nous concentrer sur l' art lui-même ?

Est-ce que ces actions politiquement chargées font autre chose que de reproduire inutilement les problèmes du monde physique et mettre en évidence les inégalités de quelque chose? Le monde physique, avec tous ses problèmes, est déjà assez mauvais. Ne perdons pas le potentiel du monde numérique en y emportant nos lourds bagages.


Il y a une erreur de communication avec le serveur Booktype. Nous ne savons pas actuellement où est le problème.

Vous devriez rafraîchir la page.