Sites


magic-morrir

voir l'hermine devant la barraque

 

 

Lissé aux quatre vents, à demi-enterré

demeurait impavide,

un vieux gras corps de ferme, bruni.

 

Et dans ce ventre dur, un feu, solitaire lui aussi,

regardé par les heures,

comptables à la bâtisse.


Aux orgues d'Arachnée,

tout y était exactement séparé du monde.


D'ailleurs, bruyant, ou secret,

nul inquisiteur n'irait pour s'expliquer,

certains rayons filtrants, quand toute chose est bien,

tant qu'elle est au secret.


Ces deux menteurs qui morguent

roulottant de la bouche, ce n'est pas par envie.

Ils défilent toujours, devant, dedans,

ce, pour Lui servir d'image, disait-on.


Ils font l'ombre qui marque,

la belle trinité, le tirant métallique,

dotée par un marchand, au lot,

ici, toujours en ruine, composition bizarre.

 

Chaque soir que tourne la chandelle, le charmant Céladon,

et vous, présent de ses ailes, peuvent et s'y invitent.

Pourtant ceci n''est pas de notre main.


Un autre feu travaille, suivant tous les trajets,

contredisant les airs, couvrant le scintillant,

qui viendraient à parler d'une assiette secrète.

Et le temps roule dessus dessous

quoique sans rien blanchir, sans rien y interdire du propre au figuré.


Comme ils paressent, laissant sur leurs visages

autant de fards que de mouches véritables,

on pourra croire, à l'autre bout,

que c'est le vice qui fait s'éprendre le poisson de la gaule.


Pareil le lieu hostile offre en hospitalier,

de quoi garer certains où ils veulent rester.

Voilà : ils s'y font volontiers ficeler.


 

Des inflexions lointaines qui ondulent les guident.

Comme ne rompt pas le fil qu'ils tendent,

et dont ils sont heueux de faire parti du jouet,

ils font savoir aux yeux qui pendent en chaque coin,

que tout est bien en place, et que s'il y a un reste, on ne le nomme pas.

 

Ils disent : "c'est rendre hommage au lieu,

quand ce dernier y cède. "


L'espoir ou l'envie fait le vivre de toutes les âmes : ardentes, pressées  - âmes charnières!

Il semble que dure cette recette, et le leurre et son jus,

parce qu'il n'est d'équilibre que relatif à ses contraires...


Soudain,

leurs actions, sont si prêtes, et les projets à charge...


Preuve de leur soif, pris de leur mal,

ils dansent la danse agitée, point d'étoile.

Parlent la double pince parlée. Le vent les accompagne.


Si la rumeur ne monte pas, c'est qu'ils ont avec soin,

comme un pénitencier, verrouillé l'entourage.

 

Leurs sourires sont si puissants,

que leur nature se dérobe;

qui pourtant va, s'épanouissant.


Maintenant que le rouge à leur gorge

n'excite plus de trouble qui pourrait les trahir,

ils déserrent les noeuds et mettent les foulards ailleurs.

Ça, c'est le jour d'avant,

qui vaudra pour tout dire : affirmation.

Parce que ce qui est entendu comme pour son contraire l'est également même contredit.

 

Alors le cocher, dehors, dit la phrase :

- Qui va, grattant ma cendre ?

ET Le Dedans lui répond :

- Viens-t'en pêcher ta lune! Voisine!

 

(...) déjà, ils frappaient tout et sourds, déjà.

Déferlant comme sur la viande creuse,

maintenant, à leurs bouches démentes,

à demi effacées,

pend une liqueur,

à peine coupée du fiel.

 

Comme le jour si destiné se présente,

avec les gens d'armes et ceux-là qui récitent,

tout raoule sous le tapis,

à couvert sur la mule.


C'est devant tous les yeux, coiffé, pareils à leurs cheveux.

Personne.

700 kilos dessous,dit l'écho,

repasseront la plaine morne et aussi sous la douane.


- D'autres, développent, plus méchantes bêtes que là :


Sur la photographie, on le distingue à peine :

c'est monsieur pétrisseur de ces ergots du seigle,

villageois respecté, pour ses rudes nuits blanches.

On connaît moins son étude.

Il fut chargé des ventes, lointaines.

Aujourd'hui il ne reste plus rien. Demain,

Décembre descendra, le boulanger alors, demandera qu'on nettoie.

Un gaz de pharmacie,  plus moderne ( du nord),

sera le courant d'air

.

Sur arrêté de péril, signé aux encres d'actes,

"pour faire cesser les chants de ces fours déloyaux",

leur hasard désigne.

Si c'est de notre lot. Ceci ne tarde pas.


À la nouvelle année, le doigt bagué, juste charger l’hameçon :

Les grands pêcheurs n'usent pas tant de ces grande cuillers, pour courber leurs joujoux.

Ne cherche pas d'où part la flêche, ni d'où provient son élan :

c'est un serment de ceux qui ne songent pas de là.


Tout est question de saison. Sauf, qui n'a plus d'estive.

Pour eux derniers, ayant travaillé à heurter de leur burle toute grande journée,

devenir-chancre, c'est déjà un repos, dit-on.


On ne sait pas écrire autrement que silence, ce que souvent des pierres taisent aimablement,

ayant changé de mains.

Au reste juste et pour eux, les géants, c'est un amusement, dont ils sourient du prix.


Encore : il est une autre fin.

Vous verrez que demain, la clémence

et même la charité se seront personnellement distinguées à s'occuper du nauffrage

( enfin de ce qu'il advient après),

terminant de truquer en sauvetage divin, l'événement de l'effet.


C'est un comble effrayant, mais c'est ce qu'ils raffinent

- Moi, je ne les salue pas

 



 

 

Il y a une erreur de communication avec le serveur Booktype. Nous ne savons pas actuellement où est le problème.

Vous devriez rafraîchir la page.