Sites


Réaliser des manuels sous licence libre - retours d'expériences

Conclusion

Réaliser un manuel reste une tâche très difficile car elle mobilise énormément de compétences. C'est d'autant plus vrai quand il faut penser aussi les liaisons entre le papier et le numérique. Mais paradoxalement, cette tâche complexe est beaucoup plus abordable de nos jours pour de petites équipes motivées car de nombreux outils et contenus libres existent pour les y aider. Les expériences déjà menées à leur terme (nous nous sommes appuyés sur trois projets très différents dans leurs contraintes et leur mode de réalisation, mais il en existe bien d'autres) démontrent par l'exemple que c'est possible. Tous les nouveaux projets sont à cet égard extrêmement importants dans la mesure où ils apporteront de nouvelles informations sur les façons de faire, les obstacles rencontrés, les solutions mises en œuvre... dans des contextes particuliers. Si par ailleurs, les nouveaux manuels sont publiés sous licence libre, ils viendront enrichir les biens communs pédagogiques et faciliter d'autant plus d'autres projets pour lesquels la marche initiale sera moins haute à franchir grâce à cette masse de départ.

Il est évident que le contexte technique va considérablement évoluer dans les années à venir, à tous niveaux. En particulier, de nouveaux outils puissants d'édition permettront sans doute d'écrire en ligne et à plusieurs mains la totalité du manuel en ligne, y compris à des fins d'édition papier. Toutes les technologies existent déjà : sans doute pourront-elles un jour fusionner. Par ailleurs, l'intelligence artificielle jouera nécessairement son rôle, en particulier pour ce qui concerne les parcours pédagogiques des élèves. Il conviendra donc d'être vigilant à l'évolution et à l'émergence des outils, mais tout en ayant à l'esprit que l'édition complète d'un manuel numérique de qualité est déjà possible maintenant : autrement dit, la veille technique nécessaire ne doit pas empêcher de se lancer d'ores et déjà dans des projets d'édition : en effet, l'expérience acquise sera de toute façon un bien précieux, même si de nouveaux outils viennent à apparaître.

Par nature, le manuel numérique devient multiforme et multi-usage. Ils dépassent de beaucoup les formes classiques du manuel scolaire papier traditionnel : cette palette de possibilités rend plus que jamais nécessaire l'analyse préalable à la conception de l'outil : quels sont les besoins, quels sont les ressources et outils disponibles ? Par ailleurs, elle semble favoriser une démarche agile de construction en lien direct avec les usagers (professeurs et élèves) : en ce sens, il peut être pertinent d'utiliser des outils suffisamment souples pour s'adapter à des situations en évolution.

On peut enfin se poser une question plus profonde : les expériences présentées ici impliquent essentiellement des enseignants. La finalité, ce sont évidemment les élèves mais les acteurs des manuels (auteurs, relecteurs...) sont essentiellement des enseignants. Cette réalité peut être questionnée. Dans quelle mesure, à terme, les élèves ne pourraient-ils pas en partie devenir co-auteurs de certaines parties du manuel, dans une logique de co-construction des savoirs ? Le manuel (papier et/ou numérique) deviendrait alors encore bien davantage un vecteur d'échanges entre élèves et professeurs. A l'heure où l'on évoque beaucoup les bienfaits de la pédagogie inversée, verra-t-on prochainement les premiers manuels inversés … libres évidemment ?

Il y a une erreur de communication avec le serveur Booktype. Nous ne savons pas actuellement où est le problème.

Vous devriez rafraîchir la page.