Sites


RepRap

Pourquoi fabriquer sa RepRap ?

Il devient de plus en plus facile d'acheter une imprimante 3D commerciale, complètement assemblée, prête à l'impression. Dans ce cas, pourquoi souhaiterions-nous construire sa RepRap soi-même ?

Parce que c'est moins simple que de l'acheter

Décider de construire sa propre machine engage à passer du temps pour comprendre, trouver les pièces, tâtonner avant d'arriver à une machine parfaitement fonctionnelle. Ceci peut paraître beaucoup plus compliqué que d'acheter directement une imprimante 3D chez un marchand quelconque. En effet, une machine du commerce arrive (souvent) toute configurée ,"prête à l'usage", (presque) fiable et (normalement) garantie contre les défauts et les pannes. Tout ce que n'offre pas une RepRap directement.

Cela dit, au fil de cet ouvrage, vous découvrirez tous les avantages qu'apportent la démarche d’autoconstruction, tant dans l'usage quotidien, les réparations et les évolutions de la machine, que dans l'initiation apportée, ouvrant votre esprit et votre expérience à d'autres créations et conceptions de machines. Construire sa machine montre aussi qu'il est possible de fabriquer soit même des outils au moins aussi bien que ceux du commerce, et ainsi de construire soit même son propre ego.

Dans un but pédagogique

Même si vous êtes complètement néophyte dans tous ces domaines, la construction d'une RepRap vous amènera à découvrir et commencer à maîtriser la mécanique, l'électronique, et le domaine des logiciels informatiques. Ces machines imprimant principalement avec du plastique, vous serez également amené à toucher un peu à la plasturgie. Enfin, certains détails touchent à la problématique de la conductivité thermique.

Bien sûr, vous ne deviendrez pas expert ou ingénieur, mais vous saurez vous débrouiller au fil du temps avec tous les petits écueils qui parsèment ces différents champs.

Une RepRap, en tant que machine-outil CNC (computer numerical control ou "commande numérique par calculateur") vous fera découvrir le monde très vaste de ce type d'outil, qui va de l'imprimante 2D à la torche à plasma 5 axes mesurant plusieurs dizaines de mètres. Piloter des moteurs à partir d'ordres gérés informatiquement est aussi un aspect de la robotique. Après avoir réalisé une RepRap, construire un petit robot piloté par arduino* sera un jeu d'enfant pour vous.

Construire sa RepRap représente souvent un premier pas dans le monde de l'autoconstruction d'outils, de machines et de véhicules, en plein développement et dont de nombreux avatars émergent dans le monde entier.

Pour connaître et maîtriser son outil

  « Si vous ne pouvez pas l'ouvrir, vous ne le possédez pas. » -- Mister Jalopy - Make Manifesto - http://archive.makezine.com/04/ownyourown/

Une fois que vous aurez construit de A à Z votre machine, elle n'aura plus aucun secret pour vous. Tous ses rouages (au sens propre comme au sens figuré) vous seront familiers. Non seulement vous serez capable (avec un peu d'expérience) de détecter et réparer n'importe quelle panne, mais aussi de mettre à jour votre machine au fil des évolutions de la technologie. En effet, les développements libres* et open source* sont directement accessibles sur internet et souvent fabricables directement avec une imprimante 3D.

Pour tous les procédés de fabrication, avoir la main sur le maximum d'aspects permet d'affiner et de "tordre" ce procédé à des besoins divers et variés. À la manière d'un photographe qui fait lui-même ses tirages et qui peut doser les contrastes et l'exposition ou masquer des parties d'images. En maîtrisant toutes les étapes, vous pourrez y intervenir pour affiner votre production.

Votre connaissance de la machine vous permettra aussi de la modifier pour l'adapter à vos besoins et vos envies, par exemple au niveau de la taille de travail ou des matériaux utilisés. Vous pourrez même imaginer des prolongements encore inexistants, innover et participer ainsi à l'avancée collective du projet, notamment sur la plate-forme http://reprap.org.

Par souci d'économie

Même si cela demande plus de temps, construire soi-même sa machine est souvent plus économique que d'acheter un produit fini. D'autant plus si vous choisissez de vous approvisionner en pièces de récupération.

En 2013, une machine toute montée du commerce coûte de 2000-3000 à 30000 euros alors que construire sa machine coûte entre 400€ (en achetant soi-même toutes les pièces, avec précaution) et 1500 € (en achetant un beau kit). Le plastique utilisé pour imprimer coûte environ 30€ le kilo (par comparaison les cartouches pour les grosses imprimantes professionnelles coûtent... le prix d'une RepRap). La RepRap étant par définition autoréplicante, de nombreuses de ses pièces peuvent être imprimées (ou réimprimées en cas de panne). Il est donc économique de l'entretenir.

Parce que c'est mieux d'utiliser du matériel libre

La RepRap est une machine faisant partie d'un vaste mouvement de matériel libre (ou open source hardware). La plupart des machines du commerce, fabriquées sous le paradigme de l'industrie du 20e siècle, sont de conception "propriétaire". C'est-à-dire que leurs plans, leurs modèles de fonctionnement et leurs informations techniques sont, soit brevetés, soit secrets, et en tous cas très souvent rendus illisibles et incompréhensibles par des gens extérieurs au fabricant. Le paradigme "propriétaire" base son modèle sur la rareté, le secret et l'appropriation de savoir et de savoirs faire. Il est donc très difficile (voire impossible) d'entretenir ou de réparer soi-même une telle machine. D'autant plus si le fabricant a cessé la production de ce modèle, et ne diffuse plus de pièces détachées.

Observez nos poubelles, elles regorgent de machines obsolètes impossibles à réparer faute de documentation et de pièces détachées. Des machines comportant des centaines de pièces sont jetées parce qu'une seule pièce est cassée. Ces déchets non seulement poussent une consommation vaine et inutile, mais polluent l'environnement avec leurs métaux rares et produits pétroliers.

Le matériel libre, inspiré du modèle des logiciels libres, base au contraire son fonctionnement sur le partage, la prolifération, la contamination et l'opulence (de savoirs). Utiliser une machine libre, c'est s'assurer qu'elle sera toujours réparable, modifiable ou réutilisable, car sa conception étant libre et transparente, il sera toujours possible de retrouver, voire de refabriquer des pièces.

Le matériel libre est également ouvert au détournement et à la rediffusion : contrairement à une machine "propriétaire", vous pouvez l'ouvrir, la modifier, en diffuser les plans et même revendre votre machine modifiée.

Il y a une erreur de communication avec le serveur Booktype. Nous ne savons pas actuellement où est le problème.

Vous devriez rafraîchir la page.