Sites


Restorative Stories

The big night

 

The teasers

ASR

SMS

Les lendemains explosés

Les toucher perdus

J'ai besoin d'autant de calin que mon chat. Elle est aussi sensible que moi
et souvent elle ne peut pas manger sans avoir reçu de calin
mais elle est s'est bien entourée d'humain, choisi toujours les meilleurs fauteuils et sais très bien comment demander quand elle a besoin d'être enlové.
Je la trouve tellement plus douée que moi qui mange parfois par manque de calin.
J'ai des vêtements amples, d'autres plus serrés, des couettes douillettes, des sofa doux. Je me donne des calins parfois.
Souvent, j'ai l impression que d'avoir des terminaisons nerveuses pas très terminées justement, qui flottent un peu au vent, au froid, au grès, appelant.
Elles ont besoin d'être embrassées pour se sentir tenues, contenues.
Celles de ma tête, de mon dos, de mes épaules, sont particulièrement délicates.
Quand on les touche, ça pleure, souvent, en douce, coulées salées douceureuses.
J'ai remarqué que d'autres terminaisons sont plus difficiles.
Dans le bas de mon dos, un toucher peut me donner la nausée.
il doit y avoir de mauvais souvenirs par là.
Je ne sais pas.
Cette géographie nerveuse est étrange.
Je l'apprivoise.
Je ne sais pas si je dois travailler à son autonomisation ou manifester sa dépendance fondamentale.

Comme les toucher ont peur des gouffres sexuels, aujourd'hui, on les encadre dans des séances de massage, avec des règles, des règles sado masochistes, féministes ou puritaines. Plaisirs reglées et déreglées.
Qu'est-ce que le plaisir en a à foutre des règles ?
Et si tout était là. Des petites frontières, partout, en cercle, qu'on frole, même en imagination, sans franchir, pour le plaisir d'électrifier.

Dans mon souvenir, les gouffres sexuels engloutissent en effet parfois les toucher, qui se périphérisent, irisés par la quête du plaisir. Cet iris est fascinant mais triste dès que la tendresse s'en échappe. Elle est vaporeuse la tendresse. Elle enveloppe les corps tant que les présences viennent du coeur. Mais nos culs sont puissants et se fit un peu de la tendresse. S'en passe aisément, en accélerant les aller retour de la soif.

J'essaie de me souvenir. Des extases de tendresse. Des silences extatiques. Des orgasmes homéostasiques. Des lèvres d'or poussant à jamais un soleil immense sur mon coeur et dans mes veines. Des vagues de plaisir éveillées par la lune montante de paumes ouvertes sur un doigt envouté. des souvenirs lointains. Leur lointain me fait peur. Pourquoi leur réalisme s'est t il suspendu dans le temps ? évaporé ? Est-ce d'un autre temps ? Pour un autre temps ?

 

 

Il y a une erreur de communication avec le serveur Booktype. Nous ne savons pas actuellement où est le problème.

Vous devriez rafraîchir la page.